17 juin 2016 0 5369 Vues

Communiqué de LSF du 12 juillet 2016 : Fin de la grève de la fin pour Matthias Lacoste

Communiqué de LSF  le 12.7.2016 : grève de la faim  de Matthias Lacoste

Matthias Lacoste, a annoncé qu’il mettait fin sa grève de la faim commencé le 18 juin.

Suite à l’audience du 29 juin où le Ministère n’a donné aucun signe d’ouverture en ce qui concerne cette grève de la faim, nous estimons que Matthias devrait, au-delà des exigences de cette « expertise » qui s’annonce partiale, mettre un terme définitif à cette  action qui compromettrait sérieusement son retour vers la santé, si elle était reprise.

Nous saluons son courage et son désir de faire avancer notre combat vers la reconnaissance des MVT et leur prise en charge, mais nous ne devons pas faire porter le poids de ce combat à un ou des malades qui seraient « plus courageux que les autres » selon une formule dangereuse qui  a été utilisée, et que  nous récusons.

Chacun mesure  l’exaspération  qui monte, face au déni et au cynisme des autorités sanitaires, murées dans le silence, à la veille de vacances qui pourraient s’annoncer tragiques, si aucune mesure immédiate n’était annoncée pour éteindre cette colère qui pourrait se muer en actions  désespérées.

Tous les Matthias Lacoste, tous « les chroniques » non reconnus, arrivés au terme de leurs indemnités, dépendant de leur famille ou de la charité de leurs proches, doivent rester en vie. Plus que jamais, c’est la solidarité entre les malades et le combat collectif qui sont à l’ordre du jour.

Honte à ce pouvoir médical qui a renié son serment d’Hippocrate  et à ces pouvoirs publics français  qui bafouent  la dignité de ses citoyens les plus fragiles et de ceux qui les soignent en conscience ; c’est l’idée même de Sécurité Sociale qu’ils détruisent ! Les électeurs s’en souviendront.

Les malades chroniques  doivent être pris en charge  tout de suite ! La répression des médecins qui tentent de les aider et de les soigner doit cesser. La Ministre de la Santé doit annoncer les mesures de son plan d’action  maintenant.

Marie-Claude Perrin, pour le Bureau de LSF

Previous MIDI-CONFERENCE Attention aux tiques !
Next Suite à notre colloque du 19 juin : Buzz dans la presse !