Dr Cario, Viviane Schaller : des condamnations iniques et arbitraires ! Les avocats Me Faivre et Me Fouray font le point sur ces procès et sur le LYMACTION

Face à des procès iniques et arbitraires,  montée de la colère chez les malades !

Les avocats nous informent

Son avocat, M° Faivre, indique que « Si le Conseil National de l’Ordre, section des assurances sociales, a écarté trois griefs sur l’ensemble des griefs visés, il n’en a, pour autant, tiré aucune conséquence. En effet, le Conseil National a prononcé exactement la même sanction à l’encontre du Dr CARIO. Cette position est difficilement compréhensible. Elle l’est d’autant moins au regard des évolutions prises en compte, par le Ministère, pour le dépistage et la prise en charge de la maladie de Lyme. »

Première conséquence pour un patient du Dr Cario :

Rémy Martinez, 29 ans, résidant à Trévoux nous a écrit ; il accepte de témoigner et  renonce heureusement  à la grève de la faim !

« Bonjour,

je m’appelle Remi j’ai 29 ans
Je me permet de vous contacter car je commence aujourd’hui une grève de la faim.
J’ai été piqué par une tique en avril 2014.
Quelques mois après j’ai développé une foule de symptômes inexpliqués .
J’ai des douleurs de partout, des malaises, des tremblement, des problèmes de concentration.
Ma prise de sang Elisa est négative donc les médecins refusent de me traiter.
J’étais technicien chez Darty, je gagnais 2000 euro par mois, j’avais une vie parfaitement stable.
J’ai tout perdu, travail, amis, 10 kg, les médecins refusent de m’écouter.
J’ai fait la prise de sang allemande qui indique que j’ai une coinfection de lyme qui se nomme la babesia.
Les médecins français ne connaissent pas cette infection.
Il me reste une seule solution, me faire traiter en Allemagne mais le prix est de 20000 euro.
J’étais suivi par une médecin monsieur Raphael Cario (décision de justice hier de fermer son cabinet) lien de l’obs a la fin du mail.
Je fait cela pour alerter les pouvoirs publics, je vais me laisser mourir. Si la mort d’une personne peux aider a faire bouger les choses tant mieux.
Je n’ai plus d’autres solutions, j’aime la vie, j’étais travailleur mais je suis enfermé dans un corps malade et mes symptômes sont insoutenables.
C’est un scandale , je vais devoir mourir faute de soins.
Je ne demande qu’une chose , guérir et reprendre une vie normale.
Mais vu le blocage de l’état face à cette pathologie je suis bloqué. »

  • La biologiste, Viviane Schaller, condamnée en appel aux mêmes peines : plus de 300000 Euros à verser !

  Son avocat M° Fouray nous informe : « La Cour d’Appel de Colmar a confirmé le jugement précédemment rendu par le Tribunal Correctionnel de Strasbourg et les peines prononcées. Chacun pourra consulter l’arrêt rendu le 14 décembre dernier et la défense développée dans son argumentaire par Viviane SCHALLER. Nous en communiquons la copie intégrale.

Chacun pourra constater que la Cour n’a pas absolument pas répondu à l’argumentation présentée par Mme SCHALLER. Il faut légitimement s’en étonner. Les auditions des nombreux témoins entendus le 7 octobre dernier lors de l’audience ne sont pas même mentionnées. Pourquoi ? Le combat continue en tout état de cause pour Viviane SCHALLER. Un pourvoi en cassation a immédiatement été inscrit contre cette décision … à la motivation bien difficile à cerner .

Ces deux documents sont téléchargeables :

Arrêt CA Colmar

Conclusions de Me Fouray

Riposte juridique des malades : LYMACTION

Le point avec M° Fouray et M° Faivre :

« 130 dossiers ont d’ores et déjà été engagés en octobre 2016, dans le cadre de LYMACTION.

Il s’agit d’une première vague.

Les laboratoires mis en cause, si prompts habituellement à défendre la fiabilité de leurs tests, n’ont toujours pas fait connaître leurs arguments …Un calendrier de procédure sera bientôt fixé pour les obliger à se dévoiler …Chacun des malades engagés dans ce combat est informé de manière individuelle.

Une seconde vague sera engagée courant janvier 2017 et d’autres actions, au-delà des laboratoires, seront planifiées dans le courant de l’année à venir.

Face à l’inertie des pouvoirs publics qui confirment que le Plan National du 29 septembre dernier n’était qu’un effet d’annonce et dont l’urgence se limite uniquement aux actions de prévention, seule l’action juridique, relayant les initiatives et démarches de LSF, constitue la réponse au scandale de la maladie de LYME. »

 

Marie-Claude Perrin, pour LSF, le 19/12/2016

 

Previous Canal + special investigation maladie de lyme
Next VÉRITÉ SUR LA MALADIE DE LYME