EN SAVOIR PLUS SUR LE GETCOP, la REVUE HEGEL et le CUMIC

Sur le front des médecines alternatives : des médecins créent une association (le GETCOP : Groupe d’Evaluation des Thérapies Complémentaires Personnalisées) et la revue HEGEL (voir éditorial du Pr Hartmann in N°3 2016)
Ils  proposent leur évaluation au sein d’un collège universitaire (le CUMIC).

GETCOP

Le GETCOP (Groupe d’Evaluation des Thérapies Complémentaires Personnalisées) est une association de type loi de 1901 créée en 2015 : statuts ci-joint.

HEGEL (Penser par soi-même), revue indexée et à comité de lecture en est l’organe officiel.

Le GETCOP s’est fixé comme principale mission, l’évaluation d’un certain nombre de thérapies complémentaires et dans cette optique avait organisé en mai 2016, son 1er Congrès International afin de porter à la connaissance de la communauté scientifique, un certain nombre de thérapies, sans les cautionner pour autant.

Nous avons publié dans HEGEL, les détails et difficultés que nous avons pu rencontrer (doc. 1). Dans ce même numéro, l’éditorial du Pr Hartemann (doc. 2), confirme le succès de cette manifestation malgré toutes les difficultés, avec une assistance de 500 personnes.

Dans les suites de ce congrès, nos collègues universitaires ont décidé de créer le CUMIC (Collège Universitaire de Médecine Intégrative et Thérapies Complémentaires) (doc. 3).

A l’avenir, nous aimerions faire de Nancy, un pôle national d’excellence de ces thérapies complémentaires et de la santé intégrée mêlant bien-être, prévention et prise en charge des pathologies chroniques.

Des journées monothématiques sont déjà prévues :

  • Journées de Réflexothérapie : 2 et 3 mars 2018 ;
  • Hypnose : 12 et 13 octobre 2018 ;
  • Médecine anti-âge : mars 2019.

Au cours de ces réunions monothématiques, un certain nombre d’ateliers ouvert au grand public, feront connaître également d’autres thérapies complémentaires : yoga, art-thérapie, sophrologie, shiatsu, qi gong, compléments alimentaires, dysbiose, etc.

Un autre congrès plus important est prévu à l’automne 2019 sur toutes les thérapies manuelles.

Des sollicitations nous viennent également de l’étranger (ci-joint programme du prochain congrès de Rabat) qui devrait se prolonger l’année suivante au Rwanda.

Outre cette activité de congrès, se met peu à peu en place, une réflexion sur la nécessité de créer un centre de santé intégré. Cette notion est déjà développée aux USA avec son intégration au cursus médical depuis plus de 20 ans.

Dans ces centres, autour d’un noyau de médecins universitaires et libéraux, pourront s’exprimer les praticiens des diverses thérapies complémentaires dans des activités de bien-être, de prévention, de prise en charge de certaines pathologies chroniques et des thérapies complémentaires au sens propre du terme pour des pathologies lourdes, essentiellement l’oncologie.

Previous Les avancées thérapeutiques de la phagothérapie, une arme sérieuse face à l'antibiorésistance