Compte rendu des JID’IMVT 2015, le 21 juin à Strasbourg, autour du Pr Montagnier

Le jour du solstice d’été, le 21 juin 2015, avait lieu à Strasbourg au Palais des Congrès notre Journée Internationale d’Information sur

les Maladies Vectorielles à Tiques,

 

luc-montagneUne journée mémorable puisque le Professeur Luc Montagnier nous faisait l’honneur

de devenir le parrain de Lyme sans Frontières !

 

 

 

 

 

 

Un nombre impressionnant de participants (plus de 340 personnes, adhérents ou non, malades, médecins, kinésithérapeutes, dentistes, vétérinaires, journalistes) sont venus de France et des pays voisins, pour cette journée.

1     2

Valerie Obsomer

La journée a débuté dès 9h30 par l’exposé du Dr Valérie Obsomer (Belgique). Ce docteur en sciences agronomiques est attaché de direction du développement rural pour le service public de Wallonie. En tant que chercheur scientifique indépendant, elle est spécialisée dans l’analyse des risques environnementaux et plus particulièrement celui des tiques, un des plus importants vecteurs de nombreuses maladies comme la maladie de Lyme et ses co-infections.

Face à leur extension, la chercheuse Valérie Obsomer se mobilise pour attirer l’attention de la population et du corps médical sur les risques d’une sous-estimation du nombre de personnes atteintes et sur la gravité de ces pathologies quand elles ne sont pas diagnostiquées rapidement. « Il y a les médecins qui écoutent et qui cherchent et il y a les «  Lyme- sceptiques » dit-elle.

Une étude récente de l’Institut de Santé Publique permet d’estimer le nombre de cas à 15 000 par an, ce qui se rapproche des 22 000 cas annuels recensés aux Pays-Bas. « Il est donc de la plus grande importance de tenter d’éviter de se faire infecter par la “bestiole” dit-elle.

Valérie travaille avec le groupe Chronimed Bénelux sur les risques induits par les tiques porteuses de la Borrélia. Des répulsifs existent, dit-elle, mais elle ne les a pas testés. Les seuls prédateurs de la tique sont les poules et les fourmis. « Alors ne détruisez pas les fourmilières de votre jardin » dit-elle.

« En rassemblant l’ensemble des données à notre disposition, explique la scientifique, on a pu mettre en évidence que les tiques vectrices de maladies se trouvaient un peu partout sur le territoire, même sur la zone côtière. Le deuxième enseignement, c’est qu’il existe des zones où les tiques sont très abondantes. Et la troisième chose, c’est qu’on a trouvé dans les tiques en Belgique de nombreux autres pathogènes et pas seulement la maladie de Lyme.» Il est à noter qu’une étude réalisée en Wallonie, démontre que 30% des vaches sont séropositives à la Borrélia…

Ce problème étant «très sous-estimé» en Belgique comme en France, il faut un système de surveillance adapté afin de permettre de surveiller vraiment ce qui se passe au niveau européen.

Si vous avez déjà été piqué, signalez-le sur le site de Valérie : www.tekentiques.net !

Votre témoignage aidera les scientifiques à évaluer la menace.

3

Viviane Schaller
Le Dr Viviane Schaller (France) biologiste, qui a été mise en demeure de fermer son laboratoire en 2012 a résumé son parcours qu’elle détaille dans son livre paru début juillet (L’Epidémie qu’on vous cache, Editions Th. Souccar). Chacun connaît l’histoire ahurissante de cette condamnation d’une biologiste qui a mis le doigt sur les failles des tests préconisés par les autorités médicales et qui voulait venir en aide à des malades et à leur médecin en quête de confirmation biologique de leur diagnostic clinique. Choc pour elle et son équipe mais choc aussi pour les malades qui, tout à coup, ne savaient plus où s’adresser pour obtenir un diagnostic, une explication de leurs symptômes et donc un traitement adapté. « Comme seul le test Elisa fait référence en France –et nombre de médecins se fient à ce test- et qu’il est totalement obsolète et non fiable, comment savoir combien de malades de Lyme il y a réellement ? » s’insurge-t-elle.

Viviane Schaller a brossé l’histoire de la maladie de Lyme et a présenté les tests biologiques directs et indirects existants. L’accent a été mis sur les nouvelles perspectives depuis décembre 2014 grâce au rapport du HCSP qui pointe l’inefficience des tests Elisa et Western blot. Malheureusement ce rapport n’a pas eu d’impact sur le Centre National de Référence sur la Borrelia de Strasbourg. Pourquoi un tel déni ?

Elle a décrit avec rigueur et précision les performances des différents tests existants : tests indirects qui recherchent des anticorps (Elisa jugé peu fiable, et différents Western blots) et tests directs qui recherchent les bactéries, tels que la PCR (Polymérase Chain Reaction) qui est une méthode d’amplification génique, le TTL (Test de Transformation des Lymphocytes), le séquençage à haut débit du génome des bactéries, le test des cellules NK-CD57 et la technique avant-gardiste du Pr Montagnier : la méthode par captage électromagnétique (intervention des ondes électromagnétiques et de certaines propriétés des molécules d’eau).

« Aujourd’hui, un grand nombre de médecins traitent les symptômes et pas la cause. Ce qui est dramatique pour le malade qui verra son système immunitaire se dégrader » déplore-t-elle.

4

 

Luc Montagnier
Le Professeur Luc Montagnier, Prix Nobel de physiologie et médecine en 2008, co-découvreur du virus du SIDA, a présenté sa technique avant-gardiste de détection des agents infectieux par les Signaux Electro Magnétiques, appliquée à la détection des infections latentes chroniques dont la maladie de Lyme. Son discours était très attendu.

Il a rappelé que la maladie de Lyme et la Syphilis sont des infections causées par une bactérie de la famille des spirochètes, aboutissant toutes deux en stade trois à des symptômes neurologiques très graves. Pour des raisons multifactorielles (problèmes environnementaux, nouveaux modes de vie), les bactéries progressent et s’adaptent, devenant polymorphes, et le nombre de maladies chroniques augmente, ayant toutes en commun le stress oxydant de la cellule lié à un ou des agents infectieux. C’est ce déséquilibre biochimique qui provoque l’affaiblissement du système immunitaire et ouvre la voie à ces infections dites « froides » (peu de réactions inflammatoires) liées parfois à des vecteurs comme la tique, entre autres.

L’urgence est donc de trouver des méthodes de détection plus sensibles. La PCR permet à l’heure actuelle de faire des diagnostics plus précis et tendra à remplacer de plus en plus les tests sérologiques moins fiables, mais doit encore être améliorée.

Il a présenté ensuite sa découverte : une nouvelle technologie sur laquelle il travaille depuis dix ans en précisant qu’en 2005, c’est un plasma infecté par l’agent de Lyme qui lui avait permis de faire cette découverte qui oblige à un « changement de paradigme », à un « véritable passage mental », auquel le monde médical ne semble pas encore prêt.

Avec sa découverte, il faut admettre en effet d’une part qu’il existe une communication par les ondes entre les molécules biologiques (émission de signaux électromagnétiques) et que d’autre part, « l’eau n’est pas seulement un liquide de remplissage » mais que, en contact avec des molécules biologiques, elle peut mémoriser leur structure et leur fonction et produire des nanostructures (se reporter au CD pour la démonstration technique).

Cette technique une fois validée permettra donc de détecter de manière très sensible toutes sortes d’infections latentes souvent à l’origine des grandes pathologies chroniques neurologiques actuelles (SEP, Alzheimer), mais aussi certains cancers, Polyarthrite et maladies dites auto-immunes, AVC dans les maladies cardiovasculaires), mais aussi d’ouvrir la voie à leur traitement. Cette technique permettra aussi de détecter les agents infectieux dans les transfusions sanguines.

Il a ensuite évoqué le travail réalisé avec l’équipe de CHRONIMED pour le traitement de l’autisme qui a servi de modèle.

Il a donc invité son auditoire et notamment le monde médical à intégrer ce nouveau paradigme et à imaginer une médecine du futur qui pourrait ainsi devenir préventive, mais aussi prédictive et qui devra s’adapter à chaque patient et non plus à chaque maladie en lui proposant un traitement individualisé.

 

Avec du temps et de l’argent, cette technologie peut aboutir à un test validé et remboursable. Un grand espoir pour nous malades, et des travaux de recherche à promouvoir pour les faire admettre par les autorités médicales et pour lesquels des financements doivent être trouvés. L’approche de ces maladies est une ouverture vers une nouvelle médecine : trouver les causes et pas seulement soigner les symptômes.

Malheureusement, les médecins de Molière sont encore là, nous rappelle, lucide, le Professeur… On veut éviter les problèmes, on recule devant la reconnaissance de la réalité et ça c’est anti-scientifique”. La solution selon nous est dans la mobilisation des associations de malades, pressés d’aboutir, de guérir et de retrouver une vie « normale » !

__________________

De nombreuses questions ont été posées par les malades et professionnels de santé présents dans la salle, concernant les diagnostics et les traitements, mais aussi les modalités de transmission de ces infections. Une adolescente atteinte de la maladie comme une grande partie de sa famille a interrogé le Professeur sur la transmission materno-fœtale : transmission avérée scientifiquement, a-t-il confirmé, il existe des cas indéniables. Au nom des malades, pour qui ces questions très graves sont très anxiogènes, LSF a demandé au Pr de donner des précisions sur les autres modalités possibles de transmission : selon lui, dans la situation actuelle où les travaux de recherche sont encore insuffisants, il ne faut pas répéter les erreurs commises avec le SIDA (on prélevait alors le sang des prisonniers qui constituaient une population à très hauts risques) et écarter dès maintenant de la transfusion sanguine les malades atteints de ces infections. La mise en œuvre d’un principe de précaution s’impose absolument. Certains centres avertis par des malades ont pris l’initiative d’écarter les malades de Lyme. « C’est bien », confirme le Pr Montagnier. Ce message puisse-t-il être entendu des pouvoirs publics !

Il a remercié ensuite son équipe de collaborateurs, le groupe alsacien (Dr Lallemand et Viviane Schaller) avec qui ils élaborent une étude comparative des tests existants portant sur une centaine de patients. Avant son départ, il a remercié tout particulièrement l’équipe de LSF et des bénévoles venus nous aider et a accepté avec beaucoup de spontanéité et de simplicité de parrainer LSF à condition que cela n’ajoute pas de charges supplémentaires à un agenda déjà très chargé. Nous en sommes très honorés et nous le remercions ici encore très vivement de cet honneur.

 

Le Professeur Luc Montagnier lors de la Journée Internationale D’Information sur les Maladies Vectorielles à Tiques à Strasbourg : itw de France Bleu et caméra de la journaliste Marianne Loeb de TVLocale.fr

5   6

Yves Cornette de Saint-Cyr
Le Dr Cornette de Saint-Cyr, médecin généraliste, exerçant à Vannes dans le Morbihan est spécialisé en médecine fonctionnelle qu’il a appliquée au système immunitaire. Il traite de nombreux patients atteints de maladies chroniques et a déjà été sanctionné par l’Ordre des Médecins pour les analyses hors normes qu’il fait pratiquer. Il nous a présenté les relations entre le terrain immunitaire et les pathologies induites par les borrélies et les co-infections : il nous a transmis généreusement ses documents et le texte de son intervention (plan indiqué ci-dessous) que nous publions intégralement sur notre site.

  • Le terrain immunitaire
  • La signification du terrain immunitaire dans la maladie de Lyme.
  • Le rôle de la maladie de Lyme dans les maladies auto-immunes.

Le Dr Cornette de Saint-Cyr a suscité le vif intérêt du Pr Montagnier et a répondu avec une grande gentillesse à de nombreuses questions. Il a souligné la solitude du médecin face à la réalité médico-légale et insisté sur l’importance de la qualité de la relation entre le médecin et le malade, refusant le monopole des experts qui font état de leurs compétences du passé. Le progrès scientifique repose d’abord sur des observations.

 

Walter Berghoff

Le Dr Walter Berghoff est un spécialiste allemand de la neuroborréliose, professeur de médecine interne de l’Université de Giessen, membre depuis 2006 de la DBG (Deutsche Borreliose Gesellschaft), société scientifique allemande sur la Borréliose, et membre de son conseil depuis 2008. [Voir ses publications.

Venu d’Allemagne tout spécialement pour nous apporter ses connaissances, le Dr Walter Berghoff éminent immunologiste, a décrit, devant un public attentif, la borréliose de Lyme causée par Borrelia burgdorferi (Bb), cet agent pathogène transmis par les tiques et responsable de la Borréliose de Lyme en stade primaire et en stade chronique (plus problématique, soupire-t-il). Les borrélies fabriquent une résistance, et bien souvent traitées trop tardivement, elles s’enkystent. Malheureusement, les antibiotiques n’ont pas tous la capacité de pénétrer dans les cellules et dans le système nerveux central. De plus, les borrélies fabriquent des biofilms (sacs contenant environ 80 borrélies) que les antibiotiques et le système immunitaire ont beaucoup de difficultés à ouvrir. « Il faut un couteau pour ouvrir le sac mais les médecins hésitent… » reconnaît-il.

Ce spirochète polymorphe a la capacité de rendre aveugle le système immunitaire.

(Voir les articles de Eva Sapi, Professeur agrégé de biologie et de sciences de l’environnement à l’Université de New Haven et spécialisée dans la maladie de Lyme.)

Il a donné toutes les explications sur les traitements antibiotiques et alternatifs en cours en Allemagne pour soigner la maladie de Lyme. Ceux qui donnent de bons résultats et les autres souvent inutiles. Les AB standards sont souvent inadaptés. Par exemple, selon lui, la Doxycycline est efficace pour l’érythème mais elle ne pénètre pas dans le système nerveux central… Elle est utile dans les infections actives mais n’a pas d’effet sur les corps sphériques. En revanche le Tinidazol est un antibiotique de choix efficace contre les formes spiralées mais aussi sur les biofilms en combinaison avec d’autres AB : « Il faut mélanger 3 antibiotiques pour avoir un résultat positif et lui adjoindre le Banderol et le Samento par exemple, dit-il ».

Le Dr Berghoff a souligné des avancées importantes en Allemagne grâce à des travaux d’équipe, la nécessité d’informer médecins et patients et il a formulé le vœu d’une coopération transfrontalière.

C’est Bernard Christophe (créateur du TicTox) qui traduisait avec brio cet exposé qui a donné lieu à un duo plein d’humour ! Un grand merci à eux deux !

Des questions intéressantes ont été posées sur les traitements et tests en usage en Allemagne ; le Dr Berghoff a déclaré que le LTT est un test très sûr mais que la clinique reste décisive.

Si le Dr Berghoff nous transmet ses documents, nous les diffuserons bien sûr sur notre site.

7

 

Témoignages, moments d’émotion intense
Des témoignages de malades nous ont laissés d’abord émus par tant de souffrances physiques et psychologiques ; ensuite le public a réagi en montrant son indignation devant de telles horreurs.

Nous avons entendu successivement le témoignage de Assia Salve, médecin hospitalier psychiatre, lu par Marie-Claude Perrin puis ceux de Charles Sandrock, de Sabrina Darchis, de Fernand Boulis et d’autres malades, suivis et soignés avec succès par le Dr Lallemand.

Nous publierons les textes de ces interventions avec l’autorisation des auteurs.

« Il faut que les malades se réveillent, il faut se battre » s’écrie-t-il avec force, lui qui reçoit et soigne de nombreux malades venus de toutes les régions de France.

Clôture du congrès par Marie-Claude Perrin, Présidente de LSF

8Faute de temps, celle-ci a fait le point très vite sur les combats de LSF ; une audience au Ministère prévue le 24 juin, devrait permettre de faire le point sur la façon dont les pouvoirs publics entendent mettre en œuvre les préconisations contenues dans le rapport du HCSP. Elle a remercié chaleureusement les conférenciers, le public, toute l’équipe de LSF et des bénévoles qui ont organisé ce colloque.

La France est souvent appelée la Patrie des Droits de l’Homme et du Citoyen ! Il est urgent que les malades malmenés ou ignorés en France par les autorités de santé soient enfin écoutés, pris en charge et reconnus dans leur dignité d’être humain.

Un accent particulier a été mis sur le soutien à apporter aux médecins qui « osent » soigner hors protocole. Une pétition à vocation interassociative est proposée à tous les malades et à leur entourage pour signature.

A ce jour, nous rappelons qu’elle peut être vue et signée en cliquant sur le lien suivant :

https://www.change.org/p/madame-la-ministre-de-la-sant%C3%A9-directeurs-des-caisses-primaires-d-assurance-maladie-conseil-national-de-l-ordre-des-m%C3%A9decins-soutien-aux-m%C3%A9decins-qui-soignent-la-borr%C3%A9liose-de-lyme?recruiter=10557739&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink

Il semble évident que la clef du problème réside dans l’unité des malades et des médecins qui les soignent et dans la collaboration interdisciplinaire de toutes les parties concernées (médecins, vétérinaires, pharmaciens, kinésithérapeutes, biologistes, ostéopathes, phytothérapeutes….)

« Toutes les forteresses qui ont été dressées finissent par être détruites, tous les hommes qui sont nés finissent par mourir », dit un proverbe tibétain.

N.B. l’enregistrement intégral de cette journée est disponible sur CD et vendu pour la somme de 15, 50 à régler par chèque uniquement à l’ordre de Lyme Sans Frontières et à renvoyer avec le bon de commande complété à notre adresse : Lyme Sans Frontières, 1A, Place des Orphelins, 67000 Strasbourg.
Annie Juillard-Dehos – Marie-Claude Perrin pour le Bureau de Lyme Sans Frontières

LSF vous propose : – L’enregistrement intégral de cette journée : CD au prix de 15,50 Euros (frais de port inclus) à régler par chèque uniquement accompagné du bon de commande ci-joint, complété, et à renvoyer à notre adresse : Lyme Sans Frontières , Maison des Associations, 1A,Place des Orphelins, 67000 Strasbourg. – L’intervention intégrale du Dr Yves Cornette de Saint-Cyr et les documents qu’il nous a généreusement transmis. Nous l’en remercions vivement.

Téléchargez le bon de commande JIDIMVT 2015

Previous Indispensable rapprochement entre médecins et vétérinaires
Next Dernière minute : communiqué de LSF le 10/09/2015 Les Maladies Vectorielles à Tiques au Sénat : La valse des amendements !