LA PROPOSITION DE RÉSOLUTION DU PARLEMENT EUROPÉEN SUR LA MALADIE DE LYME

Le 15 novembre 2018, LSF était présente au Parlement Européen de Strasbourg

lors de la “PROPOSITION DE RÉSOLUTION” concernant une nouvelle prise en charge de la maladie de Lyme,

au moment de son VOTE FINAL ACCEPTE A L’UNANIMITÉ DES VOIX !

La vice-présidente Viviane SCHALLER(*) représentant le pole scientifique de LSF, a pu assister aux débats dans l’hémicycle grâce à l’aimable invitation de Monsieur l’Euro-député Jose Inacio FARIA.

Un grand merci également à Madame Marleen DEGLIN, Présidente de Lyme-int. (15 000 adhérents), qui a fait un énorme travail auprès des députés européens et a permis d’élaborer cette “proposition de résolution” dans les termes les plus appropriés.

C’est une énorme avancée pour notre Association et pour les malades.

En effet, LSF relève que toutes nos revendications et la résolution votée par le Parlement Européen sont en parfaite adéquation.

Le Parlement a mis en lumière les questions suivantes :

“Considérant que le droit à la santé est un droit fondamental,

E… Considérant qu’il n’existe pas de consensus européen quant au traitement, au diagnostic et à la détection de la maladie de Lyme et que les pratiques nationales sont variées

F…ce qui peut parfois conduire à des complications lourdes et à des dommages irréversibles semblables à ceux d’une MALADIE CHRONIQUE, en particulier en l’absence d’un diagnostic rapide.

G. considérant qu’un DIAGNOSTIC PRÉCOCE ET PLUS FIABLE de la maladie de Lyme réduirait fortement le nombre de cas avancés et améliorerait la qualité de vie des patients; considérant que cela réduirait par conséquent le poids financier de la maladie et permettrait une économie d’environ 330 millions d’euros en soins de santé dès les cinq premières années…

H. considérant que de nombreux patients ne sont pas diagnostiqués rapidement et n’ont pas accès à des soins adéquats; considérant qu’ils se sentent démunis et ignorés par les autorités publiques…

N. considérant que, face à cet enjeu sanitaire, les professionnels de la santé, de même que les associations de patients et les lanceurs d’alerte, tirent le signal d’alarme depuis près de 10 ans.

O. considérant que la maladie de Lyme , quoique bien connue de la médecine, reste sous-diagnostiquée, notamment du fait des difficultés rencontrées pour la détection des symptomes et d’un manque de tests diagnostic appropriés.

P. considérant que les tests diagnostiques utilisés pour la borréliose de Lyme ne sont pas toujours à même de fournir des résultats précis: un exemple en est le test ELISA qui ne peut détecter qu’une infection à la fois.

  1. appelle la commission à évaluer l’ampleur du phénomène auquel font face certains patients selon lequel ils cherchent pendant longtemps le bon diagnostic et le traitement approprié…”

 

N.B.

le Rapport du Congrès Américain sur la maladie de Lyme vient de confirmer

les propositions adoptées par le Parlement Européen. Ce Rapport américain de

108 pages sera traduit et présenté dans le prochain communiqué.

 

(*) COMMUNIQUE :

Après un combat juridique de 7 ans, la biologiste Viviane SCHALLER, vice-présidente de LSF (pole scientifique), a gagné en Cassation

les 2/3 de son procès, et compte bien porter le dernier tiers (“escroquerie” !) devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

Previous La résolution sur la borreliose de Lyme a été votée à l’unanimité au parlement européen de Strasbourg !
Next Le truc pour qu'une antibiothérapie fonctionne ? laisser les cellules dormantes se réveiller !