27 avril 2015 0 6057 Vues

Loi Santé : une avancée importante inattendue !

Suite aux réunions de travail menées par LSF et notre avocate, M° Faivre, en collaboration avec Mme Khirouni, députée de la majorité, l’amendement « Maladie de lyme » que celle-ci avait proposé, a d’abord été rejeté   par la commission des affaires sociales. La Ministre, Marisol Touraine, avait annoncé à cette occasion une nouvelle saisine du Haut Conseil de la Santé Publique :

Rappel :

Intervention en commission sur la prévention… par ChaynesseKhirouni

Suite à nos propositions, Madame KHIROUNI a étendu son amendement à l’ensemble des maladies vectorielles à tiques pour la séance publique :

http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/2673/AN/2189.asp

 Cet amendement a été sous-amendé en séance par le gouvernement pour étendre ces dispositions à tout le territoire en faisant référence aux maladies vectorielles.

Il a été adopté à l’unanimité au Parlement en séance publique le  10   avril 2015.

Il prévoit qu’un volet spécifique des schémas régionaux de santé devra contenir des actions de sensibilisation de la population et de formation des professionnels de santé.

  Cette disposition inscrite dans la loi permettra de mettre en œuvre des actions rapides et concrètes pour mieux prévenir les maladies vectorielles mais surtout d’ouvrir enfin la voie à une  prise en charge véritable des malades chroniques par les médecins et autres professionnels de santé.

Elle a également évoqué la maladie de Lyme  lors de la discussion générale du projet de Loi Santé.


Intervention lors de la discussion générale sur… par ChaynesseKhirouni
 

 Le 14 avril 2015 :

Adoption par 311 voix pour et 241 contre de l’ensemble du projet de Loi Santé.

Le projet de loi poursuit maintenant son parcours législatif au Sénat. Il importe maintenant  de sensibiliser les sénateurs à la rédaction actuelle de l’article 38 issu de la proposition de Madame KHIROUNI.

Texte adopté par l’assemblée nationale cf. article 38 « Section 1 » « Projet régional de santé » : http://www.senat.fr/leg/pjl14-406.html

Nous  appelons donc les malades et leurs proches à reprendre la plume pour témoigner ; il s’agit d’attirer l’attention du Sénat  sur la gravité de ces pathologies chroniques, lorsqu’elles n’ont pas été diagnostiquées ni prises en charge à temps, sur leurs conséquences sociales (perte d’emploi par exemple ; refus de prise en charge en ALD…) et sur leur coût économique (l’errance médicale coûte très cher  aux caisses d’assurance maladie, aux mutuelles et bien sûr aux malades).

Par ailleurs, la prévention initiée par les pouvoirs publics s’impose non seulement dans certaines régions jugées plus à risque, mais  sur tout le territoire.En effet, l’absence de tests fiables a conduit à  un sous-diagnostic  de ces maladies infectieuses émergentes, dont il est difficile de mesurer l’extension à l’heure actuelle.

“Lyme Sans Frontières” remercie chaleureusement Mme Khirouni de sa ténacité, de son engagement au service de la cause des malades, et de son réel souci de la santé publique.

 

Marie-Claude Perrin, Présidente d’ LSF

Previous Journée nationale des maladies vectorielles à tiques le 30 mai 2015
Next Video : Lyme song HOROWITZ : Ballade of the tick