Lyme Sans Frontières chez Marisol Touraine, Ministre des Affaires Sociales et de la Santé

Mercredi 05 Septembre 2012

L’association Lyme Sans Frontières a été reçue lundi 3 septembre 2012 au Ministère de la Santé, à Paris, suite à le demande d’audience qu’elle a formulée le 22 juin dernier à Madame Marisol Touraine, Ministre des Affaires Sociales et de la Santé.

L’objet de cette demande concernait le déni relatif à la Borréliose de Lyme et aux Maladies Vectorielles à tiques (MVT) en France.

Monsieur Laurent Chambaud, Conseiller, chef du Pôle santé publique et sécurité sanitaire au Cabinet de Madame Touraine, a reçu la délégation constituée de plusieurs médecins cliniciens dont certains font référence en France et à l’étranger sur ce sujet de la Maladie de Lyme et des MVT de part leur expertise de terrain et leurs publications médicales internationales;

de Madame Viviane Schaller – la biologiste alsacienne actuellement aux prises avec l’Administration française pour non application des protocoles consensuels de sérodiagnostics, et à qui l’on reproche de “trouver trop de sérologies de Lyme positives”;

de Judith Albertat, présidente de l’association LSF.

Au cours de cette audience, qui a duré 1H30 environ, Monsieur Chambaud a écouté avec attention les diverses approches du sujet exposé par les intervenants présents. Il a découvert en profondeur un sujet dont il avait entendu parler mais qu’il ne connaissait pas.

Ainsi a-t-il pu découvrir, par l’exposé et les publications présentées entre autre par le Dr Philippe BOTTERO – spécialiste international en Rickettsiologie et Infections Froides depuis 30 ans- que la France a été pionnière en matière de recherches sur les infections bactériennes à rickettsie, chlamydiae et mycoplasmes (études datant des années 60), puis sur les maladies vectorielles à tiques, et sur leurs dramatiques conséquences. Mais aussi que la France a depuis longtemps largement publié sur ces maladies, et décrit une réalité qui fait jour seulement maintenant dans le contexte des Maladies Infectieuses Émergentes.

L’approche de terrain sur le plan biologique, présentée par Madame Schaller, mais aussi celle relatée par les différents médecins venus de plusieurs régions ( Bretagne, Alsace, IDF, Rhône-Alpes), et l’association LSF, ont fait prendre conscience à Monsieur Chambaud d’une situation qu’il a qualifiée de “grave et choquante” dans la France d’aujourd’hui.

Ont été soulignés:
– la méconnaissance totale du sujet de la part des praticiens de santé;
– le déni des autorités faisant référence en France, mais aussi à l’étranger;
– le diktat sur lequel s’appuie aujourd’hui le consensus obsolète de diagnostic et de soins relatifs aux MVT;
– la réalité de terrain vécue par les médecins qui se sont informés par leurs propres moyens sur cette maladie afin de répondre à la détresse de milliers de malades rejetés par le système de santé actuel – le nombre de malades étant très sous-estimé et se chiffrant plutôt en centaines de milliers et même davantage, supposition maintenant admise dans de nombreux pays de par les maladies auto-immunes et autres complications générées par une maladie de Lyme non soignée;
– la réalité dramatique de la vie des milliers de malades affectés par la Borréliose de Lyme et ses coïnfections;

le fait que les caisses d’assurance maladie ne jouent par leur rôle d’enquêteur de la santé publique face aux bénéfices obtenus par les pratiques de médecins aujourd’hui de plus en plus nombreux à soigner les MVT hors consensus de la HAS;

mais au contraire, que ces mêmes caisses se complaisent dans une chasse aux sorcières inacceptable vis à vis de médecins de terrain qui, par leurs pratiques – statistiques et publications à l’appui – démontrent que de nombreuses pathologies classées comme idiopathiques et dont les conséquences sont des cancers, maladies cardiaques, neurologiques ( dont SEP, Alzheimer, dépression chronique, schizophrénie,….) et maladies auto-immunes, sont en fait directement liées aux MVT et à la maladie de Lyme.

Ces dernières, soignées par de nouvelles approches thérapeutiques intégratives, aboutissant à 80% d’amélioration et/ou guérison des patients;
le même manque d’enquête objective de la part du CNR face aux alertes lancées et aux évidences publiées, lequel CNR n’a pas alerté le Gouvernement;

Le fait qu’en Grande Bretagne, de même qu’aux USA, des mesures ont été prises tout récemment, qui prennent en considération les nouvelles données factuelles et statistiques, les retours d’expérience des personnes de terrain -y compris les malades et leurs associations- afin que les sanctions et humiliations envers les médecins soignant la maladie de Lyme/les MVT et les patients cessent immédiatement( cf “The Lancet Journal” et Audience du Sénateur Richard Blumenthal dans le Connecticut).

L’inqualifiable acharnement à l’encontre du Laboratoire Schaller, lequel a souligné une faille dans le protocole de diagnostic de la Borréliose de Lyme. Madame Schaller ayant a plusieurs reprise demandé aux experts en la matière, et pour éclairage scientifique, qu’une confrontation ait lieu afin qu’un vrai débat permette de lever le voile sur l’omerta et le déni ambiants, au profit de la sécurité sociale et des malades.

Les économies sans précédent que l’organisme de Sécurité Sociale pourrait faire en se basant sur une reforme des connaissances et pratiques préventives, diagnostiques et thérapeutiques relative aux MVT.

Monsieur Chambaud a parfaitement compris la faille du système de santé en ce qui concerne la maladie de Lyme, a eu l’air ouvert et surpris. Il a affirmé qu’il mènerait une enquête de fond sur le sujet. Pour ce faire, les autorités compétentes seraient interrogées: la HAS et le CNR. Nous lui avons signifié que, ces autorités étant à la source même du déni en France, nous demandons que l’enquête soit conduite également auprès de la Sécurité Sociale, des médecins de terrain, des associations de malades, et que les retours d’expérience soient expressément pris en compte.

Une réponse devrait nous être adressée dans une quinzaine de jours nous a assuré Monsieur Chambaud.

Le Gouvernement, qui dit ne plus vouloir s’appuyer sur les dogmes et les lois, mais sur le vécu; le Gouvernement, qui prône une santé égalitaire et solidaire: le Gouvernement qui veut agir “autrement”: ce Gouvernement saura-t-il transformer l’essai, faire cesser la kabbale et le déni, saura-t-il à minima suivre l’exemple des USA et de la Grande Bretagne, et même, au delà, être le moteur d’une réforme qui servira d’exemple pour les autres pays? Le Gouvernement entendra-t-il les malades de Lyme français ?

Judith ALBERTAT
04 09 2012

Présidente de l’association Lyme Sans Frontières

https://www.associationlymesansfrontieres.com

Previous LSF reçu au Ministère des Affaires Sociales et de la Santé
Next Maladie de Lyme : patients et médecins interpellent les pouvoirs publics