Sociétés savantes : “C’est pour défendre les patients que nous avons refusé de cautionner les recommandations publiées par la Haute Autorité de Santé(HAS)”

Polémique autour du choix des centres de référence

Début juillet, lors du 5e comité de pilotage du plan national de prévention et de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques, les cinq centres de référence pour la prise en charge des maladies vectorielles à tiques (CRMVT) ont été dévoilés, ravivant la polémique.

Contactés par « le Quotidien », Raouf Ghozzi, médecin spécialiste en médecine interne, président de la Fédération française contre les maladies vectorielles à tiques (FFMVT), et Hugues Gascan, directeur de recherche CNRS et secrétaire général de la FFMVT, regrettent que « tous les centres retenus partagent les positions de déni de la Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF), qui considère que le diagnostic et le traitement de la maladie de Lyme ne présentent pas de véritable difficulté, et dont les associations de malades dénoncent l’écoute insuffisante et le manque d’empathie ».

Précisant que la FFMVT ne représente qu’une minorité de médecins, les sociétés savantes soulignent que ces centres ont été choisis « pour leur qualité scientifique et leur expertise pour mener des projets de recherche, leur capacité à travailler de manière pluridisciplinaire et leur volonté de s’inscrire dans une démarche de démocratie sanitaire ».

Suite de l’article, sur le site de l’éditeur Le Quotidien du Médecin:

https://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2019/07/11/maladie-de-lyme-les-societes-savantes-exhortent-la-has-clarifier-sa-position_870752

Previous L’armée américaine a-t-elle participé à la propagation de la maladie de Lyme ? Le Monde 17/07/2019
Next URGENCE petition : SAUVEZ LES MALADES DE LYME !