Bravo à Tania Silva pour son combat au Luxembourg !

Grand succès de sa pétition (plus de 7000 signatures) qui lui a permis d’obtenir une audience au Parlement ! Nous suivrons attentivement les mesures concrètes prises par le Gouvernement luxembourgeois en matière de recherche sur les tests  et de prise en charge des nombreux malades non identifiés, en proie à une terrible errance médicale et abandonnés sans soins adaptés.
Le sous-diagnostic de ces pathologies, comme le souligne le Pr Perronne,  est en effet la clef de tout.
La première mesure d’urgence consisterait  à permettre partout l’utilisation des tests existants reconnue  à l’internationale comme  les plus fiables  : PCR, LTT , Goutte épaisse, Western Blot avec antigènes recombinants (avec 5 variétés de Borrélies) ; sans oublier  les travaux prometteurs du Pr Montagnier à partir des Signaux Electro Magnétiques qui, une fois validés, permettront d’obtenir un test peu cher, suivi d’applications thérapeutiques pour tous les malades porteurs d’infections latentes chroniques, dont le Lyme.
Il est inadmissible que des malades en Belgique ou en France soient obligés de se déplacer à l’étranger pour se faire détecter et soigner à leurs frais.
LSF se bat aux côtés des malades sur ces questions depuis 2012. Cette situation intolérable est connue des institutions politiques et sanitaires en France. Pourtant, le parcours du combattant des malades reste désespérément le même depuis des années, puisque rien ne bouge”.

Débat sur la maladie de Lyme: des élus bien peu réceptifs

Publié le jeudi 4 février 2016

Par Christelle Raineri – @ChristL_Raineri

Notre enquête sur la maladie de Lyme publiée le 30 octobre 2015 dénonçait la souffrance de ces patients au Luxembourg, que les médecins orientent vers la psychiatrie, alors que leurs douleurs sont bien réelles, et pour cause: des bactéries transmises par une tique attaquent leur corps.

Cette maladie infectieuse, la borréliose de Lyme, divise pourtant le monde médical, certains professionnels allant jusqu’à remettre en cause son existence.

Ce qu’on a pu voir hier à la Chambre des députés, lors du débat public sur le sujet, reflète bien le climat de défiance que doivent affronter quotidiennement les personnes atteintes: Tania Silva, le Dr Marc Pauly, le Dr Arantzazu De Perdigo et le Pr Christian Perronne, ont dû faire face durant une heure à un flot de questions et de remarques parfois dérangeantes.

http://www.wort.lu/fr/luxembourg/commentaire-debat-sur-la-maladie-de-lyme-des-elus-bien-peu-receptifs-56b39cfd0da165c55dc526a0

Previous LA MALADIE DE LYME, Où en sommes-nous ? Vers où allons-nous ?
Next Témoignage de Rémy Buat, adhérent de LSF