” Des chefs d’agences de l’ONU appellent à une « science ouverte » au-delà de la Covid-19, citant les dangers du secret et du déni “- ONU Info – 27/10/2020

 

Audrey Azoulay, Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH), ont déclaré qu’il était temps de faire en sorte que les bienfaits de la science puissent être partagés par tous.

 

La science n’est pas « réservée à quelques-uns »

« Un processus de recherche ouvert favorise également la transparence et contribue à la protection contre les abus, tout en permettant à d’autres de valider le processus de recherche », a-t-il fait valoir.

Une vision cohérente

« La communauté mondiale doit de toute urgence veiller à ce que la science ouverte ne reproduise pas les échecs des systèmes scientifiques fermés traditionnels », a-t-elle déclaré.

La connaissance scientifique, un droit de l’homme

« Le principe de base de la santé publique est la nécessité d’un engagement total et honnête avec le public. Le recours à la force ne permettra pas d’atténuer ou de mettre fin à cette pandémie, mais l’utilisation de la science et le consentement et le respect du public en toute connaissance de cause le feront »

 

CLIQUEZ ICI > lire l’article sur ONU Info

Photo Pexels pour Pixabay

 

Previous La majorité du CA de la FFMVT saisie par la folie !!! Communiqué du 29/10/2020
Next " Chloroquine : le plus grand scandale sanitaire (français) du siècle ? " Dr Gérard MAUDRUX - 25/10/2020