Lettre ouverte à Olivier Véran, Ministre de la Santé

Communiqué de Presse du 23 mars 2020
de l’association ORNE LYME

« PROTOCOLE DE SOINS COVID-19 »

Monsieur le Ministre,
Depuis plusieurs semaines le Pr Didier Raoult, de l’Institut Hospitalo-Universitaire Méditerranée Infection, mène des études de tout premier plan sur le virus Covid-19 et en particulier sur l’approche thérapeutique. Le Pr Raoult est un éminent spécialiste des maladies infectieuses, récipiendaire de nombreux prix scientifiques, auteur de centaines d’articles scientifiques, et l’un des chercheurs les plus cités au monde. Il fait par ailleurs partie du comité scientifique constitué par le président Macron pour le conseiller dans l’épidémie de Covid-19. Il nous semble dès lors surprenant que ses avis ne soient pas entendus, et tout à fait inquiétant que ses communications aient été qualifiées de « fake news » sur le site du Ministère de la Santé. Ce dernier fait suscite une interrogation légitime sur la compétence des personnes chargées de la communication au Ministère de la Santé, et sur l’exactitude des informations qui nous sont communiquées.
Hier dans la journée, 6 médecins de l’IHU dont le Pr Raoult ont publié un communiqué indiquant qu’ils entendaient dès à présent appliquer à leurs patients cette démarche thérapeutique : dépistage systématique du Covid-19 chez tous les malades présentant des symptômes évocateurs, et traitement proposé à tous les malades.
Nous, malades présentant des infections chroniques suite à des piqûres de tique, ressentons en observant les polémiques créées autour de la position de l’IHU une étrange sensation de déjà-vu. Depuis des années nous nous battons pour faire reconnaître la réalité de nos symptômes et la nécessité de nous soigner, dans une atmosphère de déni et de mauvaise foi flagrante. Par ailleurs, notre état de santé nous place ipso facto dans les patients à risques, ce qui suscite chez nos adhérents et sympathisants une inquiétude tout à fait légitime.
Nous ne pouvons-nous contenter de règles de confinement, par ailleurs totalement incohérentes. Les personnes les plus fragiles doivent bien sûr être protégées et nous leur conseillons de prendre toutes les précautions et de rester à l’écart des autres pendant le pic de cette épidémie.
Cependant nous avons l’expérience de traitements « non reconnus », « expérimentaux », « contraires aux recommandations officielles », et ces traitements nous ont pour beaucoup d’entre nous grandement améliorés, voire rendus asymptomatiques. Et par un curieux effet du hasard, il se trouve que la plupart d’entre nous ont pris de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine sur le long terme, sans effets néfastes. Le traitement proposé par l’IHU, basé sur ces molécules, ne dure, lui, que 10 jours.
Nous sommes des acteurs de notre santé, pas des animaux, et nous avons notre mot à dire sur l’approche thérapeutique qui concerne notre corps, notre santé, notre vie.
La liberté de conscience de chaque médecin, la relation de confiance établie entre lui et son patient, sont fondamentales et doivent être respectées, de même que le libre-arbitre et l’intelligence de chacun.

Par conséquent nous demandons que les malades d’infection pulmonaire se présentant dans les hôpitaux de notre département, l’Orne, soient testés pour le Covid-19, et que le protocole de l’IHU soit proposé à tous les malades positifs au Covid-19, libre à eux de l’accepter ou de le refuser.

Le bureau de l’Association Orne Lyme

Association Orne Lyme
68 rue Candie
61000 Alençon
Tél : 02 33 27 20 50

Previous Communiqué Presse du 22 mars 2020 de l’Institut Hospitalo-universitaire Méditerranée Infection, Marseille
Next " La peur ne favorise pas la réflexion " - Communiqué de Presse du 24 mars 2020 de l'association ORNE LYME