Le Professeur Montagnier a donné une conférence à Paris le 27 janvier

Le Pr Montagnier a donné une conférence à Paris  le 27 janvier sur le thème :
La médecine du futur :
Détection, traitement et intérêt des Signaux Electro Magnétiques (SEM) dans le traitement des maladies chroniques : Lyme, Co-infections, Alzheimer, Parkinson….

Nous remercions vivement le laboratoire Cohen d’avoir réservé aux associations de malades (Lyme Sans Frontières et France Lyme) un temps de parole significatif après la conférence du Professeur Luc Montagnier.

A 20h 30, des professionnels de la santé, des malades, une centaine de personnes environ se pressaient là dans un des magnifiques salons de ce prestigieux hôtel particulier, le Saint-James Club, du 16ème arrondissement.

Un médecin est intervenu d’abord sur la question de la qualité de vie du patient VIH.

Le Professeur Luc Montagnier. a ensuite présenté le concept général de la médecine du futur qui reposera sur quatre piliers :

–    La prévention
–    La prédiction.
–    La personnalisation.
–    La  collaboration du médecin et du patient au traitement.

Il a exposé magistralement son étude sur l’utilisation de “la mémoire de l’eau” pour identifier des virus ou des bactéries  en contact de l’eau pure.

Ce concept fait intervenir les ondes électromagnétiques et certaines propriétés des molécules d’eau. L’expérience menée par le Professeur Luc Montagnier démontre qu’une eau pure conserve la mémoire des molécules, telles que l’ADN de virus ou de bactéries,  qui l’ont traversée- même une seule fois- sous la forme d’ondes électromagnétiques. Il enregistre par un capteur les ondes électromagnétiques émises, les numérise, et les envoie par e-mail à 1700 km de son laboratoire à Salerne, où des physiciens reconstituent le signal. Ce signal est alors émis vers des tubes remplis d’eau pure. Ils y retrouvent l’ADN sous forme d’ondes électromagnétiques, identique à l’ADN du laboratoire émetteur de Montagnier.
Une explication de ce phénomène serait l’interaction entre les molécules d’eau engendrant l’apparition, autour des “impuretés”, d’une polarisation et donc d’ondes qui perdureraient, même en l’absence de ces “impuretés”.

Ces expériences sophistiquées doivent conduire à détecter des infections latentes dans de nombreuses maladies (cancer, maladies neurodégénératives, autisme)

Il détecte ainsi la Borrelia Burgdoferi qui nous préoccupe au premier chef.

Après un échange du Professeur avec le public très averti et passionné, nos deux associations « Lyme Sans Frontières » et « France Lyme » ont pris la parole pour informer le public de l’actualité politique : l’examen de la proposition de loi sur la borréliose de Lyme et ses enjeux pour nous malades.
Nous avons fait état de la mobilisation des associations et des initiatives personnelles des malades et appeler le public à interpeller très vite ses élus sur les enjeux de ce grave problème de santé publique.

Une ultime question a pu être posée par LSF au Professeur Luc Montagnier sur les modalités de transmission de la borréliose de Lyme :

Il a expliqué en substance que la transmission materno-fœtale est avérée ; que la transmission par voie sanguine et sexuelle, fort probable, est une question sérieuse à se poser.

A la question : faut-il appliquer le principe de précaution, exclure les malades de la transfusion, du don de sang ?   « Evidemment !! »
Sans commentaires !

Nous avons ensuite discuté avec le public et diffusé nos plaquettes autour d’un buffet de très grande qualité offert par les organisateurs de cet événement ; un grand merci à eux.

Marie-Claude Perrin, pour le bureau.

Previous MOTION POUR LE VOTE DE LA LOI LE 5 FEVRIER 2015
Next Commentaire du rapport du HCSP du 28 mars 2014