28 juillet 2012 0 18381 Vues

Quand les tiques attaquent

Borrelias isolées et sous leur forme kystique

Ces spirochètes, ainsi nommées pour leur forme hélicoïdale, font preuve d’étonnantes capacités à se jouer du système immunitaire. Elles se déguisent, changent de forme, se fabriquent une enveloppe de protéine, brouillant ainsi le processus de fabrication d’anticorps comme dans les maladies auto-immunes. Cette enveloppe protéique résiste à des doses de tétracycline mortelles pour l´humain. Les antibiotiques ne sont composés que d´une substance unique à haute dose. Les borrélies peuvent s´y adapter et faire de la résistance. Elles peuvent produire grâce à leur génome particulièrement important des protéines de surface voisines des tissus où elles se trouvent, ce qui leur permet de se « cacher », les lymphocytes ne produisant alors pas d´anticorps (ce qui rend souvent les sérologies douteuses ou négatives).

Elles ont aussi la possibilité de s´enkyster dans les cellules, de se réduire à 1% de leur taille sans pouvoir être détectées. Elles peuvent, sous cette forme, résister au chauffage du sang des donneurs bénévoles, sensé nous protéger des transmissions.

L’autre particularité de cette super bactérie, c’est de se défendre quand on l’attaque : quand on traite un sujet très infecté, il y a exacerbation de ses symptômes. C’est ce que l’on nomme « réaction de Herxheimer ». Les bactéries attaquées libèrent une toxine qui décuple les douleurs habituelles, provoque des montées de fièvre, des syncopes, des violents maux de tête, de la tachycardie pouvant aller jusqu’à des problèmes cardiaques graves.

Les différentes souches de Borrélies repérées ces dernières années vont s’attaquer à différents systèmes produisant différentes manifestations. Les symptômes sont très nombreux. Ils peuvent d’ordre neurologiques, cardiaques, ophtalmologiques, hormonaux, articulaires, osseux, cutanés etc….

Le diagnostic clinique s’établit lorsque un certains nombre de ces manifestations apparaissent simultanément. Certains cas ne sont révélés que par une fatigue intense et des douleurs.

MALADIE RARE OU PANDÉMIE
La borréliose se propage depuis une vingtaine d’années dans toute l’Europe. Au début on la trouvait principalement dans les régions humides et boisées comme le Périgord, l’Alsace ou l’Ariège. On la repère maintenant un peu partout en France selon les dernières études publiées en 2004 par IVS (Institut de Veille Sanitaire). On ne trouve pas d’études récentes en France mais l’étude ci-dessous réalisée aux Pays Bas montre la rapidité de sa progression sur 11 ans.

Pages: 1 2 3

Previous CNR de l’Institut Pasteur
Next Pourquoi adhérer à Lyme Sans Frontières ?